Blog

Grippe aviaire et foie gras

Transmission, préservation, approvisionnement, on vous dit tout sur la grippe aviaire, et ses conséquences dans l production locale de canard gras.

En 2016/2017, la grippe aviaire avait déjà durement impacté les élevages de canards gras des Landes. Mais la crise 2020/2021 a été beaucoup plus dure, et ses effets s’annoncent perceptibles sur le long terme.

À la ferme Bastebieille, comme partout dans les Landes et le Gers, tous les canards de l’élevage ont été abattus. Cette opération a été suivie d’une phase de nettoyage et de vide sanitaire particulièrement scrupuleuse, qui ne prendra fin que lorsque l’intégralité de la zone géographique concernée aura été purgée. À l’heure actuelle, aucune date de remise en place n’a été fixée par les pouvoirs publics.

Ces mesures, dont le principe n’est pas remis en cause par les éleveurs-producteurs de canard gras, seront lourdes de conséquences pour les petites exploitations, qui n’auront pas suffisamment de stock pour satisfaire les besoins de sa clientèle.

Pénurie de foie gras

En effet, une exploitation comme la ferme Bastebieille travaille par lot de 550 canards, qu’elle élève pendant un minimum de 15 semaines pour arriver au produit fini. Toutes les 3 ou 4 semaines, un nouveau lot est mis en route. Ce roulement permet de répondre aux demandes quotidiennes de la ferme auberge, et de prévoir des stocks pour les marchés estivaux et pour les fêtes de fin d’années.

Même si les préparations en conserve peuvent être gardées trois ans, la quasi-intégralité des stocks est consommée dans l’année. Or, pour 2021, ce sont plusieurs mois de production qui vont manquer. Même si l’activité de la ferme-auberge, comme celle de tous les restaurants, est suspendue, et leur consommation habituelle réduite à zéro, la reprise de l’activité ne permettra pas de répondre aux besoins des réveillons.

C’est bien entendu très frustrant. Outre le manque à gagner, les éleveurs-producteurs travaillent à longueur d’année à construire une relation de confiance avec leur clientèle, basée sur la qualité des produits, et sur un mode d’élevage des canards qui privilégie le plein air.

Canards gras élevés en plein air

Or, celui-ci est remis en cause par l’épidémie. En effet, les déjections des oiseaux sauvages migrateurs seraient le principal vecteur de transmission du virus. Les canards d’élevages en plein air seraient donc plus exposés que ceux restant toute leur vie sous abris.
Bien entendu, la bonne santé des animaux que nous élevons est notre priorité. Notre engagement au quotidien pour assurer leur sécurité sanitaire et leur fournir les meilleures conditions de vie possibles l’atteste.

Mais l’élevage en plein air reste irremplaçable pour apporter à nos canards gras, et aux produits dérivés de leur élevage, le niveau de qualité que nous recherchons. La santé, le bien-être animal ne sont pas incompatibles avec notre métier. Bien au contraire, ils sont au cœur de notre engagement.

La grippe aviaire, c’est quoi ?

Également connu sous le nom d’influenza aviaire, elle est due à l’influenzavirus de type A, faisant partie de la même famille que le virus de la grippe humaine. Elle se répand principalement chez les oiseaux (surtout aquatiques), mais on peut également la retrouver chez les mammifères. Elle se transmet par voie digestive, respiratoire et oculaire, par contact avec des milieux souillés par les déjections, ou par aérosolisation. Le virus peut être plus ou moins pathogène, entraînant selon les cas peu ou pas de symptômes, ou bien des affections respiratoires et nerveuses mortelles. La consommation d’animaux infectés n’entraîne aucun risque pour l’homme.

Partager :  Facebook Twitter Linkedin Envoyer par mail

0